• Admin

Comment investir dans l'uranium en 2022 ?

Dernière mise à jour : 8 avr.



Transition énergétique, sortie des énergies fossiles, indépendance énergétique, guerre en Ukraine... Telles sont les raisons récemment avancées par les gouvernements du monde entier pour justifier de nouveaux investissements dans le nucléaire ou la prolongation de la durée de vie des centrales déjà en activité.


Et logiquement, nombreux sont les investisseurs qui se demandent comment profiter de ce changement cap à 180 degrés. Dans cet article, nous détaillerons comment investir dans l'uranium en bourse en 2022 : uranium physique, actions minières d'uranium, ETF uranium et futures.




Sommaire


Pourquoi investir dans l'uranium en 2022

Acheter de l'uranium physique en bourse

Les meilleures actions uranium en 2022

Investir dans un ETF uranium

ETF uranium éligible au PEA

Acheter des futures uranium



Pourquoi investir dans l'uranium en 2022 ?



Un nombre de centrales en augmentation


Contrairement aux idées reçues, le nombre de centrales nucléaires en activité sur la planète est en augmentation. Selon l'Association Mondiale du Nucléaire (World Nuclear Association), en 2022 le monde compte environ 440 réacteurs nucléaires en activité - produisant environ 10% de l'électricité mondiale - et 55 nouveaux réacteurs sont en cours de construction.


Les pays émergents - comme la Chine, l'Inde, la Russie et les Émirats Arabes Unis - ont clairement fait le pari du nucléaire pour accompagner leur croissance future. D'autres - comme l'Allemagne ou la Belgique - ont choisi de sortir du nucléaire il y a quelques années, mais se demandent maintenant comment prolonger la durée de vie de leurs centrales, notamment à cause des enjeux énergétiques liés au conflit russo-ukrainien.


Un marché en forte demande


Dans son rapport de 2021, l'Agence Mondiale de l'Énergie (International Energy Agency) prévoit une hausse de l'ordre de 27% de la demande mondiale d'énergie et d'environ 52% de la consommation d'électricité d'ici à 2040.


Dans un monde où les pays occidentaux souhaitent à terme sortir des énergies fossiles pour diminuer leurs émissions de CO2 et où 772 millions de personnes aspirent à enfin avoir accès à l'électricité, la capacité de production nucléaire mondiale est vouée à augmenter de 26% d'ici à 2050 (World Energy Outlook, 2021).


Pour de nombreux pays dont la France, le fait de diminuer la part du nucléaire dans le mix énergétique tout en en investissant dans les énergies renouvelables est tout à fait compatible avec une augmentation de la production d'énergie nucléaire. La raison est simple : la hausse constante de la demande d'électricité parmi la population et l'industrie liée à notre mode de vie (objets connectés, robotiques, voitures électriques, etc.).

Le prix de l'uranium est en dessous de son coût de production


Selon divers rapports, le coût de production de l'uranium se situe au moins entre $60 et $70 par livre (équivalant à 0.5 kilo). En comparaison, le prix actuel de l'uranium en mars 2022 est d'environ $56 la livre.


Pour répondre à la demande grandissante d'uranium dans le monde, il est assez probable de voir son prix augmenter assez nettement afin d'atteindre un montant suffisant pour pouvoir permettre la réouverture de certaines mines d'uranium aujourd'hui non-viables économiquement. D'ici là, il est très probable de voir les prix continuer à grimper.


Comme le montre le graphique ci-dessous, le cours de l'uranium a nettement chuté suite à l'accident de Fukushima en 2011 et l'arrêt de la plupart des centrales nucléaires au Japon. Souhaitant se séparer de leurs stocks, ces dernières ont contribué au surplus de l'offre sur le marché de l'uranium pendant plusieurs années. Ce surplus a maintenant été absorbé et le Japon participe maintenant à la forte hausse du prix de l'uranium. En effet, le gouvernement Japonais a annoncé fin 2021 la réouverture de 30 centrales nucléaires sur son sol (qui ont toutes besoin de combustible..) afin d'atteindre l'objectif national de réduction des émissions de carbone - c'est à dire une diminution de 46% d'ici 2030.






Acheter de l'uranium physique en bourse


Pour un particulier, il n'est pas envisageable d'acheter de l'uranium physique à proprement parler. Toutefois, il est tout à fait possible pour l'investisseur d'être exposé directement au cours de l'uranium en achetant des parts du fonds Sprott Physical Uranium Trust (TSE : U.UN).


Disponible sur la bourse de Toronto, U.UN est l'unique fonds d'uranium physique au monde coté en bourse. Il détient la quasi-totalité de ses actifs sous forme d'U3O8 (uranium physique) et les parts du fonds s'achètent et se vendent comme des actions normales. Toutes les parts du fonds sont garanties par de l'uranium physique stocké par le groupe Sprott.


Sprott, l'un des plus grands acteurs de l'investissement dans les métaux précieux au monde, a également annoncé en 2021 travailler sur l'introduction du Sprott Physical Uranium Trust à la bourse de New-York, ce qui devrait permettre à de nombreux acteurs institutionnels américains d'investir à leur tour dans le fonds. Et potentiellement contribuer à la hausse de son cours en bourse.






Les meilleures actions uranium en 2022


Investir dans des actions liées à la production ou à l'exploration d'uranium permet généralement de bénéficier d'un effet de levier indirect sur le prix de l'uranium.


Exemple : Lorsque le prix de l'uranium est de $60 la livre (ounce en anglais), l'entreprise minière d'uranium XYZ - qui a un coût de revient total (all-in sustaining costs - AISC en anglais) de $54 la livre - effectue un bénéfice de $6 dollars par livre d'uranium vendue. Si le prix de l'uranium monte de 10% pour atteindre $66 la livre, l'entreprise XYZ empochera $12 par livre vendue et doublera par la même occasion ses bénéfices, d'où l'effet de levier.

1 - Cameco (NYSE : CCJ)


Cameco est le 2e producteur mondial d'uranium et le numéro 1 sur le continent américain. Originaire du Canada, l'entreprise exploite la majorité de ses mines au Canada et aux États-Unis, dont la mine de McArthur River notamment. Située dans la province du Saskatchewan, McArthur River est la plus grande mine d'uranium au monde.


Depuis son plus bas atteint en mars 2020 pendant la crise du Covid, le cours de l'action Cameco a depuis bénéficié de la hausse du prix de l'uranium pour s'établir aux alentours des $28. Néanmoins, CCJ reste loin de ses plus hauts atteints au printemps 2007, lorsque le prix de l'uranium avoisinait les $148 la livre.





2 - Kazatomprom (LSE : KAP)


Kazatomprom est la plus grande société mondiale spécialisée dans l'exploration, la production et la commercialisation d'uranium. Entreprise nationale du Kazakhstan, Kazatomprom compte plus de 20 000 employés et représente 23% de la production mondiale d'uranium.


Introduite en bourse fin 2018, KAP est notamment cotée à Londres et a atteint les $49 en novembre 2021. L'action a depuis effectué une correction pour s'établir aux alentours des $30 en mars 2022.





3 - Uranium Energy Corp (NYSE : UEC)


Uranium Energy Corp est l'une des plus grandes entreprises américaines spécialisée dans la production et l'exploration d'uranium. L'immense majorité ses mines et projets d'exploration se situent aux États-Unis, ce qui peut se révéler être un atout indéniable sachant que le gouvernement américain souhaite retrouver son indépendance en matière de production d'uranium (ndlr : aujourd'hui les États-Unis sont majoritairement importateurs d'uranium, notamment en provenance du Kazakhstan et de Russie).


Dirigée par le très réputé Amir Adnani, UEC cote aux alentours des $4.73 en mars 2022, loin de son plus haut situé au delà des $9 (mars 2007).






4 - Fission Uranium Corp (TSX : FCU)


Fission Uranium Corp est une entreprise canadienne spécialisée dans l'exploration et le

développement de mines d'uranium en Amérique du nord. Son principal projet est actuellement le développement de la mine PLS (triple R) située dans le bassin d'Athabasca au Canada. Avec des réserves d'uranium situées très proche de la surface de la terre, PLS a le potentiel pour devenir l'une des mines d'uranium présentant les coûts de production les plus bas au monde.






5 - Denison Mines (NYSE : DNN)


Denison Mines est une société canadienne d'exploration, de développement et de production d'uranium créée en 1985. Ses principaux projets sont le développement des mines de Wheeler River et de McClean Lake, toutes deux situées dans le bassin d'Athabasca dans la province canadienne du Saskatchewan.


Comptant la très réputée famille Lundin parmi ses actionnaires principaux, DNN cote autour de $1.55 en mars 2022.





6 - Uranium Royalty Corp (TSXV : URC)


Uranium Royalty est l'unique entreprise au monde spécialisée dans les redevances liées à l'uranium. Ce modèle, appelé royalty company en anglais, est très courant dans l'industrie minière, notamment dans les secteurs de l'or, de l'argent et des métaux précieux en général. Il consiste à financer l'exploration, le développement de mines et la production d'uranium contre le versement d'une redevance future, généralement basée sur la quantité sortie de terre et ce, pendant plusieurs dizaines d'années.


Créée en 2019, URC est pour l'instant la seule entreprise spécialisée dans les royalties d'uranium cotée en bourse et son prix se situe aux alentours des $5.16 en mars 2022. Elle possède des intérêts dans plus de 15 projets miniers d'uranium, principalement au Canada et aux États-Unis.






Investir dans un ETF Uranium


Acheter un ETF Uranium se fait de la même manière que pour tous les autres types d'ETF. Pour rappel, un ETF est un panier d'actions visant à répliquer la performance d'un secteur en particulier.


Il existe actuellement trois ETF en bourse spécialisés dans l'uranium :


1 - Northshore Global Uranium Mining ETF (NYSE : URNM)


URNM est composé principalement d'actions d'entreprises évoluant dans l'exploitation minière, l'exploration, le développement et la production d'uranium. Par ailleurs, il inclut également certaines valeurs détenant de l'uranium physique, des redevances (royalties) sur l'uranium ou d'autres actifs liés à l'uranium mais non miniers.


2 - Global X Uranium ETF (NYSE : URA)


URA est constitué d'un large éventail d'entreprises impliquées dans l'extraction d'uranium et la production de composants nucléaires comme par exemple l'extraction, le raffinage, l'exploration ou encore la fabrication d'équipements pour l'industrie de l'uranium et du nucléaire.


3 - VanEck Uranium+Nuclear Energy ETF (NYSE : NLR)


NLR offre la possibilité d'être exposé à un nombre restreint de titres d'entreprises liées de près au de loin à l'énergie nucléaire : conglomérats, entreprises minières d'uranium, fournisseurs d'électricité ou encore constructeurs de centrales nucléaires.






Existe-t-il un ETF uranium éligible au PEA ?


La réponse est non. Comme évoqué dans le paragraphe précédent, il n'existe actuellement que trois ETF liés directement à l'uranium et aucun d'entre eux n'est éligible au PEA.



Acheter de l'uranium en bourse avec des futures


Les futures sont des contrats à terme dont la valeur est basée sur le prix d'un actif sous-jacent. En investissant dans des futures uranium, l'acheteur et le vendeur sont dans l'obligation d'acheter et de vendre ces derniers à un prix et à une date définis à l'avance. Les futures ont aspect spéculatif en raison de leur effet de levier. Consultez ici note classement des meilleurs brokers pour trouver le meilleur courtier pour investir dans les futures.

0 commentaire

Posts récents

Voir tout